Expositions et événements passés

Speedy Graphito, un art de vivre

L’exposition investit l’intégralité de la Villa Way Side et revient sur le parcours de l’artiste depuis ses débuts dans les années 1980. On y retrouvera la fameuse affiche « la Ruée vers l’art » ou le personnage « Lapinture », jusqu’aux œuvres récentes de la série « mon histoire de l’art » qui questionnent l’art dans une introspection décalée.
Vous y retrouverez également son travail sur les déstructurations de l’image (déchirures, atomisation, pixellisation etc…), la série des « nouvelles technologies » dans laquelle la réalité côtoie le virtuel ainsi que son univers « urban pop » qui célèbre l’art du graffiti.
L’exposition retrace l’univers artistique de Speedy Graphito qui questionne inlassablement la notion d’image dans un espace intemporel à l’intérieur duquel Blanche Neige mange la pomme d’Apple et Picsou est un graffeur.

Robert Combas : la fougue du pinceau

L’exposition propose un parcours dans l'œuvre de Robert Combas, leader du mouvement La Figuration Libre, autour d'une sélection d'œuvres "coup de cœur".

L’artiste aborde des sujets profonds comme la guerre, celle des tranchées ou du Vietnam, mais également celle d'un combat intérieur lié à l'amour, la femme absolue, la muse, si bien illustré dans l'œuvre « Bataille intemporelle » de 1988. Un bel exemple de ses fameuses coulures est également visible dans plusieurs tableaux comme Pauvre Martin ou encore Monsieur Henri dégoulinant de sensibilité.

 

Si la musique, l'humour, la dérision sont souvent présents dans son œuvre, une même énergie se retrouve dans sa musique à travers le duo les "Sans Pattes, qu’il forme avec son complice Lucas Mancione,

 

* Commissariat Henry Périer

Une fois chaque chose

L’Espace 36 a sollicité sept structures de l’eurorégion pour les inviter à reprendre tout au long de l’année 2015 une oeuvre produite par le centre d’art ces quinze dernières années. Welchrome a répondu à cet appel en construisant un projet d’exposition collective intitulé, «Une fois chaque chose». Le projet a été élaboré autour de l’oeuvre d’Anne Benoit «On n’a jamais été si près du but» présentée en 2003 à l’Espace 36 à Saint-Omer.

 

L’exposition cherche à faire dialoguer cette oeuvre polysémique avec des pièces de quatre jeunes artistes de la scène contemporaine eurorégionale : Jérôme Progin, Anaïs Boudot, Marie Hendriks et Fabien Marques.

Hommage à Ladislas Kijno

Autour d’une soixantaine de toiles, dessins, photographies et écrits, le musée a tenu à rendre un hommage sensible à Ladislas Kijno, qui aurait fêté ses 94 ans le jour de son ouverture le 27 juin 2015.

 

L’exposition présente les grandes périodes de création de l’artiste à travers la série des Galets, les écritures blanches, retour de Tahiti, de Chine et du Japon, ses papiers froissées, mais également ses œuvres autour de la poésie et les nombreux hommages réalisés par cet homme engagé.

 

Comme il l’aurait certainement apprécié, Ladislas Kijno est ici entouré des œuvres de ses grands amis peintres, parmi lesquels Sonia Delaunay, Serge Poliakoff ou encore Edouard Pignon.

Bernard Buffet : une symphonie de couleur en plus

Artiste majeur de l’art figuratif d’après-guerre, son talent est reconnu dès 1948 et il est rapidement considéré comme l’égal de Picasso.

 

Bien que ce soient généralement ses œuvres de jeunesse qui suscitent l’intérêt des amateurs et des professionnels du monde de l’art, Henry Périer, commissaire de l’exposition, prend le parti de présenter des œuvres peintes à partir de la fin des années 50, période qui d’ailleurs est réexaminée par de nombreux acteurs du monde de l’art.

Ainsi, autour de cinquante peintures à l’huile, l’exposition retrace le travail de Bernard Buffet de 1958 jusqu’à sa mort, période où la couleur prit une place importante « confirmant l’autonomie stylistique de ses débuts » et où il a continué à peindre des chefs-d’œuvre, au trait noir reconnaissable, révélant la fièvre créatrice qui ne l’a jamais quitté.

 

Henri Le Sidaner et ses amtiés artistiques

Dans le cadre de la rétrospective Henri Le Sidaner organisée en partenariat avec les musées de Dunkerque, Cambrai et la Maison du port d’Etaples, le Musée du Touquet-Paris-Plage revient sur les relations artistiques qui jalonnèrent la vie de ce grand peintre intimiste.

 

Au grès d’une centaine de toiles et dessins issus de la donation de l’artiste au musée, de collections privées et de nombreuses institutions publiques, l’exposition présente le travail de l’artiste et de ses camarades avec lesquels il partagea  sa jeunesse sur les rivages du nord puis à la « Société Nouvelle de peintres et sculpteurs», qui devint le plus célèbre groupe artistique de la Belle époque.

Frédéric Lefever, "comme chez lui", investit les collections permanentes

L'artiste photographe dont les œuvres expriment la poésie de l’architecture moderniste des années 60 et 70 investit les collections permanentes pour créer un dialogue et une relecture des œuvres. Son regard particulier nous révèle une autre possibilité de voir ce qui nous est intime, rentrer dans la matière, en capter l’essence tout en gardant une distance. Il nous fait découvrir des œuvres oubliées qu’il réinterprète et met en valeur.

Peter Klasen, rétrospective

Peter Klasen, rétrospective - Musée du Touquet

La ville du Touquet-Paris-Plage accueil dans son musée une rétrospective de 50 années de travail de l’artiste Peter Klasen.

 

Né à Lübeck (Allemagne) en 1935, Klasen s’impose au tout début des années 60 comme un pionnier de la Nouvelle Figuration et du mouvement de la Figuration Narrative.

Les œuvres de cet artiste majeur, qui vit et travaille à Paris, dans le sud de la France et à Berlin sont présentes dans plus de 70 musées et collections publiques à travers le monde.

Cette rétrospective, qui présente près de 100 œuvres, en un parcours chronologique, offre une immersion totale dans un univers singulier où l’on découvre peintures, gouaches, collages, photos et sculptures.

 

Le Collectif Après Vous présente "Plus ou moins un"

Plus ou moins un

« Plus ou moins un » est une intervention en volume dans l'espace intérieur de l'escalier du musée, lieu de passage incontournable pour tout visiteur.

 

Apparentée à une tour, à un mille-feuille grand format, cette structure s'élève sur la hauteur séparant les deux étages de cette bâtisse, et constitue une plateforme d'échange entre les différents individus qui côtoient le musée : en effet Plus ou moins un permet aux participants de placer ou retirer un des modules qui constituent cette œuvre. C'est l'action de prendre (-1) ou de laisser (+1) un objet dans cette matrice qui la fait évoluer sur plusieurs semaines, lui donnant des couleurs, des contenus et des formes changeantes.

 

Plus ou moins un, c'est une œuvre en mouvement qui est différente après le passage de chaque visiteur. Enfin, alimentée régulièrement en contenus par des groupes de jeunes du territoire, (+ ou - 1) présente ses plusieurs facettes au fur et à mesure que passent les semaines des mois d'avril et de mai.

Dans cette tour aux reflets changeants, (1+1-1+1+1+1+1-1-1+1-1-1-1-1+1-1+1+1)... est exceptionnellement égal à 1.

 

Après vous +1+1+1…

 

"A vous de jouer" Andrée Putman

A vous de  jouer
"A vous de jouer" Andrée Putman - © FRAC Nord-Pas-de-Calais

Dans le cadre du dispositif A.R.T.S (Artiste Rencontre Territoire Scolaire), le musée propose une installation du Collectif Après Vous intitulée Plus ou moins un. En regard, le FRAC Nord-Pas-de-Calais répond à l’invitation de la ville du Touquet-Paris-Plage et du Syndicat Mixte du Montreuillois par la présentation d'une oeuvre de sa collection : A vous de jouer d’Andrée Putman (1925-2013), mêlant art et design et invitant le spectateur à devenir acteur.

Exposition "Alberto Magnelli, oeuvre gravé"

Alberto Magnelli

Après l'exposition en hommage à Paul Jenkins, le musée présente une exposition d'Alberto Magnelli qui réunit une centaine d'oeuvres gravées (lithographies, eaux-fortes et autres bois gravés), que Magnelli réalisa seul ou en collaboration avec d'autres artistes comme Jean Arp, Sophie Taueber-Arp ou Sonia Delaunay.

Hommage à Paul Jenkins (1923-2012)

Hommage Paul Jenkins, Musée du Touquet-Paris-Plage

Le musée lui consacre tout un espace, avec une dizaine de ses œuvres, de ses petites encres aux magistrales acryliques de prés de trois mètres de long, permettent au visiteur d'entrer dans l’univers de sa série « Phénoména » de 1982 à 1991 qui se distingue par le travail de l’artiste sur la couleur, la transparence et la lumière.

 

Ses œuvres sont des hommages aux paysages, retranscrits avec une application toute particulière au médium utilisé. L’artiste « laisse parler la peinture » pour nous emmener dans son univers fait de « East river », « Bridge near Estary » ou « Liberius revisited new york »

Acquisition du "Couple Maya" de Vincent

Le 8 février 2013, le Musée du Touquet-Paris-Plage accueille dans sa collection permanente le Couple maya, de l'artiste Vincent di Vincenzo, acquise par la ville du Touquet-Paris-Plage pour 1 euros symbolique.

 

 

"Claude Viallat, aux marges de la peinture"

Exposition Claude Viallat, Musée du Touquet-Paris-Plage

Après avoir exposé la « Seconde Ecole de Paris » en 2011, le musée, souhaitant s’ouvrir résolument vers la création contemporaine, accueille l'un des plus importants artistes français de notre époque, Claude VIALLAT. Co-fondateur du mouvement Supports/Surfaces, il incarne ce courant qui a souhaité dans les années 1960 s’affranchir du contexte artistique de l’époque afin d’ouvrir de nouveaux champs esthétiques.

La soixantaine de toiles présentées dans cette exposition témoignent de la diversité et de la puissance de son œuvre depuis les années 1960 jusqu’à ses créations actuelles. 

Depuis les colorants sur toiles ou essuies mains de 1966 aux acryliques sur bâche rayée, torchons ou rideaux de musée de 2012, l'exposition amène le visiteur à découvrir le processus de création de l’artiste à travers un parcours historique qui met en avant la diversité de ses pratiques (colorants, acryliques, carbonyl, batik sur supports variés : toiles, bas de pantalon, parapluie, taie d’oreiller à fleurs, fragments de tente avec moustiquaire, etc…) C'est également également une invitation à découvrir ce lieu réinvestit par l’artiste et à entrer dans l’intimité de chacune des œuvres exposées.

Suivez-nous sur Facebook et Instagram !